L’écureuil : métaphore de la base 7

10171841_10205458306765385_5792206469532640303_nL’ÉCUREUIL
par Marie, de base 7

C’est le printemps et il est tôt, je m’éveille doucement; c’est moi l’écureuil, vous me connaissez…

Toujours en quête de nouveauté, je saute de branche en branche à la recherche de toutes sortes de plaisirs. Je ne pense qu’à m’amuser. Je suis gourmand d’aventures et de projets. Je me maintiens dans cet état pour échapper à la souffrance. Ma curiosité me pousse toujours vers l’inconnu bien plus attrayant que mon quotidien. Pourquoi focaliser sur le présent quand l’avenir nous offre tant de merveilles ?

UNNAMED_cropJe n’aime pas repenser au passé, il est synonyme parfois de souffrance et je me garde bien de faire resurgir en moi ce que j’ai détesté. Je m’échappe donc en quête de réjouissances qui me feront tellement bien oublier le passé que j’aurai du mal à me rappeler des éléments douloureux.

Et le présent ? Je le fuis avec beaucoup d’ardeur, dans le rêve de nouvelles aventures. Même si je m’y sens bien quelquefois, mon cerveau fonctionne tellement vite que je ne peux m’empêcher d’être encore une fois absent de ce présent dans lequel je pourrais pourtant me sentir si bien…

Finalement je ne me sens pas bien ; ni au présent, ni au passé ; et le futur dans lequel je me crois tellement bien, lorsqu’il devient présent ne m’attire plus… Je rejette joyeusement ce que j’ai souhaité !

Et vous me voyez, là, dans les branches, sautant joyeusement ? La nature ne me met aucune limite… si vous saviez comme j’aime cette liberté. Mais finalement cette gaieté n’est que façade, je cherche juste à échapper aux contraintes et à ce présent trop pesant… Et si j’amuse la galerie, c’est mon petit côté gonflé d’orgueil car j’aime que l’on m’admire.

Alors que fait ce petit écureuil pour corriger ses défauts ? Je me mets au travail sérieusement, je récolte précieusement ma nourriture pour l’hiver et la cache à un seul endroit que je n’oublierai pas, au lieu de m’éparpiller en tous lieux. Je n’en suis capable qu’en prenant exemple sur mes deux amis : la fourmi perfectionniste dont je voudrais bien avoir la ténacité et le hibou observateur qui se pose pour analyser les choses et profiter de la vie telle qu’elle est !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.