Archives de catégorie : Prières

Prière de la base 3

PRIERE DE LA BASE 3*

« Que rien ne te trouble, que rien ne t’épouvante, tout passe, Dieu ne change pas, la patience obtient tout; celui qui possède Dieu ne manque de rien: Dieu seul suffit.

Elève ta pensée, monte au ciel, ne t’angoisse de rien, que rien ne te trouble.

Suis Jésus Christ d’un grand cœur, et quoi qu’il arrive, que rien ne t’épouvante.

Tu vois la gloire du monde? C’est une vaine gloire; il n’a rien de stable, tout passe.

Aspire au céleste, qui dure toujours; fidèle et riche en promesses, Dieu ne change pas.

Aime-Le comme Il le mérite, bonté immense; mais il n’y a pas d’amour de qualité sans la patience.

Que confiance et foi vive maintiennent l’âme, celui qui croit et espère obtient tout.

Même s’il se voit assailli par l’enfer, il déjouera ses faveurs, celui qui possède Dieu.

Même si lui viennent abandons, croix, malheurs, si Dieu est son trésor, il ne manque de rien.

Allez-vous-en donc, biens du monde; allez-vous-en, vains bonheurs: même si l’on vient à tout perdre, Dieu seul suffit. »

Sainte Thérèse d’Avila

*La prière a quelque chose à dire du don reçu ou de ce vers quoi la personne tend.
En ce sens, elle parle de la qualité essentielle et/ou de la vertu de chaque base.
Comme les versants de la montagne convergent au sommet, elle a quelque chose d’universel, même si c’est par une voie spécifique.

Prière de la base 4

PRIERE DE LA BASE 4*

« La vie n’est qu’un instant, une heure passagère.
Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit.
Tu le sais, ô mon Dieu, pour t’aimer sur la terre, je n’ai rien qu’aujourd’hui.

Oh ! Je t’aime, Jésus!
Vers Toi mon âme aspire pour un jour seulement, reste mon doux appui, viens régner dans mon cœur, donne-moi ton sourire rien que pour aujourd’hui.

Que m’importe, Seigneur, si l’avenir est sombre?
Te prier pour demain, oh non, je ne le puis.
Conserve mon cœur pur, couvre-moi de ton ombre rien que pour aujourd’hui.
Si je songe à demain, je crains mon inconstance, je sens naître en mon cœur la tristesse et l’ennui.

Mais je veux bien, mon Dieu, l’épreuve, la souffrance rien que pour aujourd’hui.
Je dois te voir bientôt sur la rive éternelle, ô pilote divin, dont la main me conduit sur les flots orageux, guide en paix ma nacelle rien que pour aujourd’hui.

Ah! Laisse-moi, Seigneur, me cacher en ta face.
Là je n’entendrai plus du monde le vain bruit.
Donne-moi ton amour, conserve-moi ta grâce rien que pour aujourd’hui.

Près de ton cœur divin, j’oublie tout ce qui se passe, je ne redoute plus les craintes de la nuit.
Ah! Donne-moi, Jésus, dans ce cœur une place rien que pour aujourd’hui.
Pain vivant, Pain du ciel, divine Eucharistie, ô Mystère touchant que l’Amour a produit! Viens habiter mon cœur, Jésus, ma blanche hostie, rien que pour aujourd’hui!

Daigne m’unir à toi, vigne sainte et sacrée, et mon faible rameau te donnera son fruit, et je pourrai t’offrir une grappe dorée, Seigneur, dès aujourd’hui.
Cette grappe d’amour dont les grains sont les âmes, je n’ai pour la former que ce jour qui s’enfuit.

Oh! Donne-moi, Jésus, d’un apôtre les flammes, rien que pour aujourd’hui!
Ô Vierge immaculée! Ô toi la douce étoile qui rayonne Jésus et qui m’unit à Lui, ô mère! Laisse-moi me cacher sous ton voile, rien que pour aujourd’hui!
Ô mon Ange gardien! Couvre-moi de ton aile, éclaire de tes feux ma route, ô doux ami!

Viens diriger mes pas, aide-moi, je t’appelle, rien que pour aujourd’hui!
Je veux voir mon Jésus, sans voile, sans nuage; cependant ici-bas je suis bien près de Lui…
Il ne sera caché son aimable visage rien que pour aujourd’hui!
Je volerai bientôt pour dire ses louanges, quand le jour sans couchant sur mon âme aura lui; alors je chanterai sur la lyre des anges l’éternel aujourd’hui! »

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

*La prière a quelque chose à dire du don reçu ou de ce vers quoi la personne tend.
En ce sens, elle parle de la qualité essentielle et/ou de la vertu de chaque base.
Comme les versants de la montagne convergent au sommet, elle a quelque chose d’universel, même si c’est par une voie spécifique.

Prière de la base 6

PRIERE DE LA BASE 6*

« Mon Père, je remets mon esprit entre vos mains.
C’est la dernière prière de notre maître, de notre bien-aimé…
Puisse-t-elle être la nôtre…
Et qu’elle soit non seulement celle de notre dernier instant, mais celle de tous nos instants:

Mon Père, je me remets entre vos mains;
Mon Père, je me confie en vous;
Mon Père Je m’abandonne à vous;
Mon Père, faites de moi ce qu’il vous plaira;

Quoi que vous fassiez de moi, je vous remercie;
Merci de tout;
Je suis prêt à tout, j’accepte tout;
Je vous remercie de tout;
Pourvu que votre volonté se fasse en moi, mon Dieu,
pourvu que votre volonté se fasse en toutes vos créatures,
en tous vos enfants, en tous ceux que votre cœur aime,
Je ne désire rien d’autre, mon Dieu;

Je remets mon âme entre vos mains;
Je vous la donne, mon Dieu,
avec tout l’amour de mon cœur,
parce que je vous aime,
et que ce m’est un besoin d’amour
de me donner,
de me remettre entre vos mains, sans mesure;
Je me remets entre vos mains avec une infinie confiance,
car vous êtes mon Père. »

Saint Charles de Foucauld

*La prière a quelque chose à dire du don reçu ou de ce vers quoi la personne tend.
En ce sens, elle parle de la qualité essentielle et/ou de la vertu de chaque base.
Comme les versants de la montagne convergent au sommet, elle a quelque chose d’universel, même si c’est par une voie spécifique.

Prière de la base 9

Saint François d’Assise
Maison Sainte-Marie-Madeleine de Vezelay

PRIERE DE LA BASE 9*

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant
à être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.

Saint François d’Assise

* La prière a quelque chose à dire du don reçu ou de ce vers quoi la personne tend.
En ce sens, elle parle de la qualité essentielle et/ou de la vertu de chaque base.
Comme les versants de la montagne convergent au sommet, elle a quelque chose d’universel, même si c’est par une voie spécifique.

Prière de la base 1

PRIERE DE LA BASE 1*
Par Bénédicte
de base 1

De retour du module 6 sur les talents où il était demandé à chaque base une représentation de ce qui l’anime, Bénédicte, violoncelliste, nous fait part de ses impressions:

« C’est moi qui te remercie profondément pour ce que tu nous proposes de vivre à chaque module! Tu es vraiment formidable! C’était très beau de voir les bases exprimer leur talent. Ce petit moment d’expression m’a fait l’effet d’un résumé de l’essentiel qui m’anime aujourd’hui. Je crois que j’avais tout: la prière, les icônes et la musique; les deux derniers n’étant qu’une variation de la première, la flamme les réunissant tous.  Il y avait même tes fleurs (Dieu sait si je les aime!). Bref, j’ai été surprise que cela se soit fait ainsi, et c’est après coup, que j’ai réalisé tout ça.

Il m’avait semblé que cette prière des enlumineurs du Moyen-âge que l’on prie avant de faire des icônes, était un assez bon résumé pour la base 1! Je suis sûre que c’est quelqu’un de base 1 qui l’a écrite! »

Prière de l’artisan

Apprends-moi, Seigneur, à bien user du temps que tu me donnes pour travailler, à bien l’employer sans rien en perdre.

Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées sans tomber dans le scrupule qui ronge.

Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter, à imaginer l’œuvre sans me désoler si elle jaillit autrement.

Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur, la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix.

Aide-moi au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible.
Aide-moi au cœur du labeur à tenir serré le fil de l’attention.
Et surtout comble Toi-même les vides de mon œuvre.

Seigneur, dans tout le labeur de mes mains laisse une grâce de Toi pour parler aux autres et un défaut de moi pour me parler à moi-même.

Garde en moi l’espérance de la perfection, sans quoi je perdrais cœur.
Garde-moi dans l’impuissance de la perfection, sans quoi je me perdrais d’orgueil.

Purifie mon regard: quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal, et quand je fais bien, il n’est pas sûr que ce soit bien.

Seigneur, ne me laisse jamais oublier que tout savoir est vain sauf là où il y a travail, et que tout travail est vide sauf là où il y a amour, et que tout amour est creux qui ne me lie à moi-même et aux autres et à Toi.

Seigneur, enseigne-moi à prier avec mes mains, mes bras et toutes mes forces.

Rappelle-moi que l’ouvrage de mes mains t’appartient et qu’il m’appartient de te le rendre en le donnant; que si je le fais par goût du profit, comme un fruit oublié je pourrirai l’automne; que si je le fais pour plaire aux autres comme la fleur de l’herbe je fanerai au soir; mais si je le fais pour l’amour du bien, je demeurerai dans le bien; et le temps de faire bien et à ta gloire, c’est tout de suite. Amen !

Prière des copistes et enlumineurs du haut moyen âge, sans doute d’origine anglaise.
in Naissance et splendeurs du manuscrit monastique du VII’ au XII’ siècle de Gilberte Garrigou

* La prière a quelque chose à dire du don reçu ou de ce vers quoi la personne tend.
En ce sens, elle parle de la qualité essentielle et/ou de la vertu de chaque base.
Comme les versants de la montagne convergent au sommet, elle a quelque chose d’universel, même si c’est par une voie spécifique.

Prière de la base 2

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images-10.jpg.

PRIERE DE LA BASE 2*

« Seigneur,

Quand je suis affamée, donne-moi quelqu’un qui ait besoin de nourriture.

Quand j’ai soif, envoie-moi quelqu’un qui ait besoin d’eau.

Quand j’ai froid, envoie-moi quelqu’un à réchauffer.

Quand je suis blessé, donne-moi quelqu’un à consoler.

Quand ma croix devient lourde, donne-moi la croix d’un autre à partager.

Quand je suis pauvre, conduit-moi à quelqu’un dans le besoin.

Quand je n’ai pas de temps, donne-moi quelqu’un que je puisse aider un instant.

Quand je suis humilié, donne-moi quelqu’un dont j’aurai à faire l’éloge.

Quand je suis découragé, envoie-moi quelqu’un à encourager.

Quand j’ai besoin de la compréhension des autres, donne-moi quelqu’un qui ait besoin de la mienne.

Quand j’ai besoin qu’on prenne soin de moi, envoie-moi quelqu’un dont j’aurai à prendre soin.

Quand je ne pense qu’à moi, tourne mes pensées vers autrui. »

Mère Teresa de Calcutta

* La prière a quelque chose à dire du don reçu ou de ce vers quoi la personne tend.
En ce sens, elle parle de la qualité essentielle et/ou de la vertu de chaque base.
Comme les versants de la montagne convergent au sommet, elle a quelque chose d’universel, même si c’est par une voie spécifique.

Une prière vittozienne

10647197_1503752086528395_8180812521868584655_n

 

 

 

 

 

 

 

TARD JE T’AI AIMEE
Saint Augustin 

« Tard je t’ai aimée, beauté si ancienne et si nouvelle, tard je t’ai aimée.
C’est que tu étais au-dedans de moi, et moi, j’étais en dehors de moi !
Et c’est là que je te cherchais ;
ma laideur se jetait sur tout ce que tu as fait de beau.
Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi.
Ce qui loin de toi me retenait, c’étaient ces choses qui ne seraient pas, si elles n’étaient pas en toi.
Tu m’as appelé, tu as crié, et tu es venu à bout de ma surdité ;
tu as étincelé, et ta splendeur a mis en fuite ma cécité ;
tu as répandu ton parfum, je l’ai respiré et je soupire après toi ;
je t’ai goûtée et j’ai faim et soif de toi ;
tu m’as touché, et je brûle du désir de ta paix. »