Métaphore de la base 2

domiLE PELICAN

par Dominique, de base 2

Petit pélican ne voyant pas de nourriture arriver, décida qu’il fallait qu’il s’en occupe lui-même; puisqu’on ne me nourrit pas affectivement, je vais nourrir les autres; n’est-ce pas le meilleur moyen pour que quelques retombées me reviennent?

Ça marche bien sûr, c’est pour cela qu’il continue, quelque peu maladroit, n’étant pas certain de son pas, encore moins certain de réussir lui-même, il s’attelait à soutenir la réussite de ceux qui l’entouraient ou qui semblaient avoir des possibilités de gagner ce que il se sentait incapable de réussir. Encourager, soutenir, ouvrir des voies d’efficacité et de réussite était devenu sa force. Bienheureuse force si ce n’est qu’elle ne se l’appliquait pas, à lui-même.

Pelican-Wins1Il a pu nourrir jusqu’à l’épuisement et devenu squelettique, affamé lui-même, fatigué de ne pas trouver par ce moyen une réponse à ses besoins fondamentaux, il fallut que ce pélican se retrouve desséché, vidé, affaibli, n’ayant plus la force de donner, pour commencer à se reposer et à se poser les bonnes questions. Qu’est-ce qu’il voulait au juste? Qu’est-ce qu’il cherchait? Où allait-il le trouver?

Un peu avec l’aide de ses pairs, il a découvert qu’à l’intérieur il y a de la nourriture pour lui, à l’intérieur se trouve la sécurité et autour de lui il a aussi assez de vie, d’amitié à partager, à échanger.

Aujourd’hui il a repris des forces, il peut soutenir et être soutenu, faire réussir et à apprendre à réussir, donner et recevoir… drôle de sensation d’apprendre à être nourri pour un pélican!

1 réflexion sur « Métaphore de la base 2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.