Archives pour la catégorie Métaphores

Volcan et feu pour un mariage

unnamedLE VOLCAN ET LE FEU
Métaphore d’un mariage
par Anne-Sabine de base 8 et Patrick de base 3

Qui le premier du volcan ou du feu a  commencé ?

Certainement le volcan : de ses entrailles est monté brutalement un nuage de fumée, instantanément suivi d’explosions de pierres, d’étincelles et de crépitements… Il voudrait bien se calmer mais, trop tard ! Le couvercle a sauté… Une fois de plus, ce Vésuve bouillonnant de colère a fait des ravages, la nature est blessée…

Lui qui aime tant abriter sur ses flancs forêts, fleurs et quelques habitants, il n’a su s’arrêter. Tristement un nuage de cendres grises s’est ensuite déposé à ses pieds…

ob_3c61f0_volcan-de-fuego-eruption-july-28-2016Pendant ce temps la lave a coulé : le feu majestueux et noble s’est emparé de la nature pour l’illuminer. Il a couru sans s’arrêter, entraînant tout sur son passage. Il ne peut s’empêcher de passer d’arbre et arbre, réchauffant plus qu’il ne faut la nature impuissante à résister. Quelques oiseaux inquiets d’une telle énergie voudraient bien, si possible, pouvoir se reposer. Mais le feu continue sa course méthodique, se laissant tout à la fois admirer et craindre, non sans une certaine fierté…

Et le volcan gronde toujours.
Et le feu, toujours, poursuit sa course effrénée.

Quelle idée Dieu a-t-il inventée, que de laisser se croiser le volcan et le feu ?
Quelle chaleur, quel bruit, quelle énergie ! Tout y est démultiplié…

Puy de Pariou et puy de Dome, Chaine des puys, vue aerienne, 63, Auvergne, franceUn jour, peut être, le mariage du volcan et du feu ressemblera à ce paysage reposant des volcans d’Auvergne, ronds et verts, paisibles et reposants, où l’on viendra puiser une eau fraîche et pure, où le seul feu sera celui de modestes brindilles…

Allons,  ne rêvons pas… une vie n’y suffit pas…

Mais comme rien n’est impossible à Dieu, l’Eau Vive pourrait un jour calmer leurs ardeurs : Espérons !

 

Le Bernard-l’Hermite : métaphore de la base 6

0221_2OUI, MAIS… le Bernard l’Hermite
par Cécile
de base 6

Oui, mais… le Bernard-l’Hermite vit au bord de la mer, sous un rocher de choix, lumière du soleil couchant, flaque chauffée et abritée de la mer. Les voisines crevettes et anémones sont vives, attentives, élégantes ou décoratives.

Tout ceci forme un micro cosmos équilibré et harmonieux qui ravit les enfants venant jouer lors de leurs vacances. Un parfait oasis de paix.

3134568858_1_2_ToRWtArCOui mais… le Bernard l’Hermite lui ne le voit pas de cet œil. Oui, c’est bien un oasis de paix mais l’autre jour il a vu une anémone blanchir. Il lui a semblé qu’un petit parasite s’était faufilé sous son pied. Il en est pas sûr mais tout de même, une anémone ne blanchit pas comme cela. Et si ce parasite lorsqu’il en aura fini avec l’anémone blanche, venait lui rendre visite ?

Il a certes une coquille épaisse et une grosse pince qui garde son orifice. Mais cela suffira-t-il contre cet éventuel parasite dont il ignore le fonctionnement?

Un autre jour encore, il a vu une crevette au sol. Pas très en forme non plus. Dormait-elle ? Peu probable. Il lui manquait d’ailleurs une patte. Et lui, s’il perdait sa pince, comment ferait-il ?

Harmonieux cet oasis de paix ? Lui faire confiance? Oui bien sûr, mais… l’autre jour notre Bernard l’Hermite a discuté avec une palourde hyper sympa. Elle n’avait pas son pareil pour accompagner le flamenco. Qu’est ce qu’il a rit ! Qu’est ce qu’il a dansé ! Mais voilà: un faux mouvement ! Notre pauvre Bernard l’Hermite c’est cogné avec fracas contre un rocher. Résultat : coquille fissurée. Il va lui falloir trouver un autre refuge pour son drôle de petit derrière. La Palourde s’était bien excusée  et avait même pensé apporter un peu d’aventure à la vie de ce pauvre Oui, mais

Mais Oui mais… il en avait déjà suffisamment à son goût. Pas besoin d’aller à la surface pour avoir des vagues, lui les absorbe toutes à distance. Et croyez-le ou pas, dans les 50 km à la ronde, il y en a beaucoup !

unnamed

Accords parfaits

unnamedACCORDS PARFAITS
Métaphore du couple
par Anne-Claire, de base 7
et Marc, de base 5

C’est une belle mélodie qui émane et retentit dans ce salon XVIIIème.

En s’approchant doucement, on peut percevoir deux sons bien distincts et leurs accords parfaits.

Ces deux instruments à cordes s’accordent. Ils jouent parfois ensemble, parfois à contre-temps ou encore l’un après l’autre ; l’un laissant la place à l’autre le temps de l’écouter, d’admirer ses arpèges et d’essayer à son tour d’élever ses notes, plus hautes encore, pour finalement s’élever mutuellement.

violon,-rose-rouge,-piano-219257Le piano, lui, est stable, bien ancré sur le sol, imposant de prestance avec son bois bien poli. Il a belle allure dans ce salon! Mais attention, il ne joue pas pour tout le monde, son clavier est bel et bien verrouillé par une clé. Si vous regardez de plus près, il ne laisse rien paraître, mais sous son couvercle sont contenus tous ses arpèges. C’est assez rare qu’il laisse échapper ses harmoniques, celles qui lui permettraient de s’accorder avec l’extérieur.

Le violon, quant à lui, ne tient pas en place. Tantôt prêt à danser sur des airs celtiques, il aime à varier sans cesse et passer du classique au tzigane, de la complainte mélancolique à joyeuse. Sa table d’harmonie est légère et se laisse porter, amusée, par les consonances que lui fait découvrir son compagnon de pièce.

Voyez donc, ce petit instrument porte une attention toute particulière à tout ce qui peut attiser sa curiosité. Tout, pour ce jeune stradivarius au bois personnalisé, singulier et sculpté, peut être une source d’engouement, d’enthousiasme et d’idées nouvelles à apporter à sa volute. D’ailleurs, ce piano dans le coin de la salle, semble bien mystérieux parfois…

Les airs souffrotants ne sont point ses favoris, loin de là! Son archet préfère de beaucoup faire vibrer ses cordes pour égayer la mansarde qui l’entoure et faire valser son chevalet bien aiguisé. Ce n’est pas bien compliqué pour lui, il a plus d’une corde à son manche! Ses ouïes quant à elles, sont toujours bien ouvertes et recherchent sans cesse le sens profond de chaque vibration qui l’entoure. C’est notamment pour cela qu’il dispose d’une mentonnière, ceux qui l’approchent savent bien qu’ils peuvent se reposer sur lui.

Le piano à queue, pendant ce temps-là, observe. Parfois sans bouger une seule touche de son clavier. Craint-il que le violon ne s’approche trop près? Cherche-t-il à comprendre avec attention chaque mouvement qui l’entoure? Ou, pense-t-il,à ce moment-là,avec méthode, à la partition qu’il a sur son pupitre? Peu importe, mais bien qu’il utilise souvent sa pédale de sourdine, ce n’est pas un hasard qu’il possède une pédale de prolongation, pour sa patience légendaire, et une pédale forte, pour proclamer son désaccord, toutes dièses appuyées, quand cela semble nécessaire.

Mais, lorsque que ces deux instruments se retrouvent enfin, la résonnance ne fait plus qu’un.

 

 

La pierre ou le mystère de l’intention

Agate-Bahia-pierre-brute-zoomLA PIERRE OU LE MYSTÈRE DE L’INTENTION

Petite métaphore bien connue, qui n’est pas sans rappeler l’ennéagramme et son usage…

Elle a fait trébucher le distrait
Le promeneur est agacé par celle qui est dans sa chaussure
Elle est une arme pour le violent
L’amoureux a en offert une à sa belle
Le bâtisseur en fait un mur, un pont ou sa pierre d’angle
Le paysan fatigué s’y est reposé
Pour la marelle des enfants elle fait aller de la terre au ciel
A tout âge elle peut faire des ronds dans l’eau
David a tué Goliath avec une petite
Michel-Archange en a fait une Piéta
Et au dernier jour notre nom nouveau sera écrit sur un caillou blanc
Dans tous les cas
L’usage n’est pas dans la pierre
Mais dans le cœur l’homme
Et il n’y a pas de pierre sur le chemin qui n’ait quelque chose à me dire de moi-même

L’ourse : métaphore de la base 8

40257639_2254990744729957_31176806824411136_nL’OURSE
par Marie
de base 8

Un grand cri de détresse parvient à mes oreilles.
Dans le fond de mes tripes mon instinct se réveille.
Quelqu’un souffre, quelqu’un hurle. On a besoin de moi.
Sans même consulter mon esprit évadé,
Tout mon corps réagit et il court pour aider.

Un enfant est blessé, il a mal et il pleure.
Alors que je m’approche puissamment, il a peur.
Mes grosses pattes et  ma puissante gueule effraient.
Mais sous cette apparence, je ne veux que la paix.
Une juste colère remplit mon cœur de feu,
Je voulais protéger les jeunes et les vieux.

Je n’abandonne pas, il a besoin de moi.
Je m’approche de lui et lui montre cette fois
Un visage attendri et d’une tout autre voix
Je lui dis simplement : « Me voilà là pour toi. »
Et ses grands yeux répondent dans un élan du cœur:
« Je te prends pour ma chef et même pour ma sœur ! »

Je vois une blessure sur son flan dessinée.
Une colère puissante m’anime et décidée,
Je pars  à la quête du lâche qui sans cœur
S’est attaqué, injuste, à ma nouvelle sœur.
Mon flair se développe et mes muscles se tendent.
Je viens d’apercevoir le coupable dans la lande.

Mon corps bondit alors dans un élan ardant.
Tout mes sens aux aguets je cours rapidement
Vers ce qui est  pour moi une saine justice
Et qui sûrement pour d’autres, serait une immondice.
Je le sens, il est là cet animal infâme
Je le menace alors, mes crocs comme des lames.

J’aperçois  dans le coin cet enfant qui me voit.
Je veux le protéger, je m’arrête donc là.
Par un immense effort me retire du combat
Pour venir à côté de mon cher protégé
Qui me regarde reconnaissant et soulagé.

maman-ours-12

Un rossignol : métaphore de la base 7

identitéUN ROSSIGNOL
par Louis-Marie
de base 7

Comme l’art de la métaphore est pour Proust l’art de l’écriture, je m’y risque.

Tout d’abord, je suis un vivant, pour moi le mouvement compte. Je vole d’une pensée à une autre, changeant de lieu, changeant d’état. Je ne peux m’arrêter, en moi se bouscule sans cesse chiffres, estimations, pensées, réflexions, jugements… Tout se combine et s’imbrique, parfois trop vite. Tout m’attire, je ne connais jamais assez, il y a sans cesse quelque chose de nouveau à découvrir, sans cesse des cieux inexplorées.
Je suis incompris, prix de la vitesse, peut être aussi de la superficialité.

rossignol3Si je suis vivant, je suis oiseau. Mieux que quiconque, celui-ci s’affranchit des lois de la pesanteur. Il sait virevolter, se jouer des plus dangereuses tempêtes, dépasser les nuages pour briller au soleil.
Si je suis oiseau, je suis rossignol. La joie est sûrement ce qui lui est le plus naturel, il chante pour qui l’écoute, offre son frêle talent à qui le demande. C’est sa manière de dépasser le mal trop souvent purulent.

Rossignol, rossignol, si tu voles, où te poses tu ?
Je comprends sûrement mieux que quiconque que « le Fils de l’Homme n’a nul endroit ou reposer la tête ».
En effet, par mon vol effréné, par ma course sans fin, se manifeste en creux la soif d’un roc, le désir de trouver la branche tant désirée.
Mais l’arrêt fait peur. L’immobilité dérange. Pourquoi donc petit rossignol ?
Crains-tu de découvrir ce que tu es réellement ?

Mais si je suis rossignol, je suis avant tout créature. Désiré dès avant mon premier souffle, aimé avant ma première faute, la liberté ne prend sens qu’avec la découverte d’un Dieu qui la donne. Et celui que la vérité a rendu libre, la charité le rendra esclave : joie!

20170801_120110

Auto-Rhino : métaphore de la base 6

unnamedAUTO-RHINO
par Erwan
de base 6

Regardez-moi. Voyez comme je suis ferme, comme je suis stable. Mes courtes pattes, mes larges pieds, ma masse dissuasive, m’ancrent dans la terre. Sur mon nez, une promesse : ne vous y frottez pas.

Je donne tous les gages de l’assurance et de l’aplomb. Par une vague ressemblance, j’emprunte à la vache une placidité apparente. C’est qu’on ne se soucie pas de ce qui se passe sous ce large front, derrière ce regard ? Toujours, toujours, je réfléchis, je pense, j’imagine. Tout, rien, l’utile, le fantasque et l’impossible. Pas une seconde de répit.

Tapie au cœur de ce ventre bien plein, le sac et le ressac de l’angoisse. Jamais la mer ne se retire complètement. Cette sourde angoisse est là, je la sens avant même de savoir ce qui la suscite. Rien, parfois, objectivement rien. Même quand le terrain est dégagé, ou quand je suis bien camouflé, quand je pourrais profiter et m’abandonner, malgré tout je suis en alerte.

Photo by Harshil Gudka on Unsplash

Photo by Harshil Gudka on Unsplash

Quand le danger s’approche, s’il devait s’approcher, je l’écarte, brutalement ou préventivement. L’un et l’autre parfois. Je le vois venir, depuis le temps que je l’attends – quand tant d’autres sont
insouciants, plantés dans leur présent. Ma charge surprend, on ne me croit pas capable de cette vivacité. Elle est puissante, déterminée, frontale, elle est agile et, à la fin de l’envoi, je touche. Si c’était un vrai danger, je le saurai vite.

Je vis souvent seul ou en plus petit troupeau. Peut-être parce que je n’accorde pas si facilement ma confiance ? Mais j’ai un compagnon. Connaissez-vous le piqueboeuf à bec rouge ? Vous le voyez sur mon dos. Et je l’envie. J’envie sa légèreté, j’envie son vol, sa capacité à s’élever et virevolter, son cœur léger, sa douceur aussi. Pour m’élever, je devrais songer à dompter cette angoisse indistincte. Qui peut bien avoir envie de me menacer?

L’abeille : métaphore de la base 3

unnamedL’ABEILLE
par Lucie
de base 3 en survie

La nature est  resplendissante en cette tendre matinée de printemps. Tous mes sens sont en alerte dans cette campagne verdoyante. Le soleil offre une douce chaleur qui se répand délicatement dans tous mes membres, la légère brise fait chanter les fougères, une délicieuse odeur d’humus envahit l’espace. Je m’approche de la forêt. Le muguet se cache aux yeux des rares promeneurs qui osent sortir à la rencontre du renouveau. Le paysage est d’une beauté à couper le souffle. Nature vertigineuse. Je vagabonde au gré de mes pas quand soudain, au détour d’un chemin mes oreilles captent un timide bruissement. Je m’approche à pas de velours, curieuse de connaître l’origine de ce bourdonnement.

Je perçois alors une activité intense, un mouvement effréné, des va-et-vient incessants.

Mes sens ne m’ont pas trompé dans cette forêt ensommeillée, je découvre un monde virevolté.

Les abeilles s’activent. Inépuisables. Que d’énergie dépensée. Il faut assurer la survie de la colonie. Hyper performante, rapide, efficace, compétente. La reconnaissance de la Reine leur donne des ailes. Toujours plus haut, toujours plus loin, rien ne peut les arrêter. Il faut plaire à Mère Abeille. Il faut briller.

Ton pelage jaune et noir scintille. Tu le sais, tu sais plaire et tu cherches à plaire.

16406920_1753167711661900_2537506853636346636_nO pauvre petite butineuse, arrête-toi, écoute-toi. Que te dit ce corps que tu plies sans cesse à ta volonté, que tu domptes pour qu’il soit le miroir de ton hypothétique toi, toujours en adéquation avec ce que l’on en attend.

Que te disent ces émotions qui parfois t’envahissent ?  Incapable de les maîtriser, elles te submergent. Pour ne pas être ralentie tu les refoules instantanément. Tu leur jettes ton dard…

Arrête-toi, écoute-toi, prends le temps. N’oublie pas ;  cette piqûre te sera fatale.

Petite abeille, je te promets, tu es aimée telle que tu es. Nul besoin d’un rythme effréné, d’un monde émerveillé. Prends le temps de te connaître.

Recherche la vérité. Abandonne toi. Sois libre. Ose vivre.

Le kintsugi ou la valeur de la fêlure

tea_bowl_fixed_in_the_kintsugi_methodL’ART DU KINTSUGI
ou la valeur de la fêlure
Métaphore de la résilience

Le kintsugi, qui signifie littéralement jointure d’or, est l’art japonais de réparer une poterie cassée avec de la laque saupoudrée de poudre d’or. De tsugu: réparer, relier, transmettre et donner de la valeur. 

Il serait apparu lorsque, à la fin du XVème siècle, le Shogun Ashikaga Yoshimasa aurait renvoyé en Chine un bol de thé chinois endommagé pour le faire réparer. Le bol étant revenu réparé avec de vilaines agrafes métalliques, les artisans japonais auraient cherché un moyen de réparation plus digne, avec des jointures d’or. Le bol serait ainsi devenu plus beau qu’avant.

Très appréciée des Chajin japonais (pratiquants de l’art du thé), l’art du kintsugi a permis le développement d’une esthétique nouvelle, en créant l’idée de renaissance de la pièce originelle. Ainsi, loin de perdre sa valeur, les céramiques brisées trouvent une valeur ajoutée à la vente, après avoir été restaurée d’or et finissent par acquérir plus de valeur qu’une pièce intacte pour les collectionneurs.

La métaphore est dès lors facile à filer: la fêlure, loin de rendre caduque devient, par un soin d’or, le lieu de la valeur et du renouveau. L’art prend en compte le passé, l’histoire, les accidents: loin de les cacher et de dissimuler les réparations, il consiste à les mettre en valeur. La cicatrice devient richesse, raconte l’histoire et enseigne que l’épreuve n’est pas le fin mot, mais peut devenir une opportunité de croissance.

Jean Vanier n’écrit-il pas dans La Communauté, lieu du pardon et de la fête: « J’ai appris que, en chinois, le mot crise veut dire : occasion et danger. Toute tension, toute crise, peut devenir une occasion de vie nouvelle si nous l’abordons avec sagesse; sinon, elle peut apporter la mort et la division. »

 

Arc-en-ciel ! Métaphore de la base 4

23722350_1513850952038495_6990909231906317587_nARC-EN-CIEL !
par Magali
de base 4

Je suis les couleurs, je me dépose, lumière et sombre, dans les vastes prairies de papier ou les transparences des âmes, je prends l’essence des arcs en ciel.

Je suis musique ou bien les voix, j’excite les intelligences pures ou les corps déformés, je saisis le tempo dans la vibration des anges.

Je suis les odeurs, je distille des poivres et sels dans les airs naturels ou les coiffures raffinées, je transforme la fragrance d’une brioche, un levain rare ou un encens solitaire.

Je touche, je presse, je console, je prends la tendresse dans les mains chaudes d’un aimé.

Je suis le rire, la paillette, j’exulte de sensualité, je pleure seule l’enfant abandonné.

J’ouvre un sillon singulier, j’embrasse une nature, une culture, une forme de spiritualité.

Je m’abreuve de l’univers, torrent de la cohérence et de l’amour premier.

De la lucarne, j’essaie de penser, je souris à la lune : je veux juste lester la création originale, d’un zeste de citron.

Ça pique le soleil, c’est bon pour le réveil.