Thérèse d’Avila et la base 3

11096655_10200649175309165_1924476258487615069_n

THERESE D’AVILA 
Un archétype* de base 3

Cinq cents ans après sa naissance, sainte Thérèse d’Avila n’en finit pas d’être actuelle. Comme l’a magistralement montré Christiane Rancé dans une biographie qui fera date, La Passion de Thérèse d’Avila, celle qui fut la première femme docteur de l’Église, aura été à la fois une des plus grandes mystiques de tous les temps et une femme d’action au talent exceptionnel.

Thérèse est pétrie de l’âme castillane et parfois il est difficile de faire le tri entre ce qui relève de sa personnalité et de sa culture. Néanmoins, certains traits de caractère affleurent. Enfant, elle rêvait à la lecture des romans de chevalerie et se voyait bien octroyer la palme du martyr. Jeune fille, elle s’avère être d’un charme et d’une capacité de séduction qui ne se démentiront jamais. Au point de risquer perdre son âme. Quand on analyse les raisons pour lesquelles Thérèse rentre au couvent, on en trouve deux : en plein, le désir de faire son salut, en creux, celui de faire de grandes choses, ce que la condition de la femme mariée rend à peu près impossible en Castille à cette époque-là. Or, au couvent, Thérèse va se trouver en échec : elle n’arrive pas à prier. Elle se lance dans une gigantesque bataille contre elle-même, s’imposant de rudes mortifications et se ruant dans les travaux domestiques les plus pénibles pour briser sa résistance. En même temps, elle laisse cours, comme dans les couvents de son époque à une activité mondaine, et une relation platonique mais flatteuse à ses yeux. On perçoit là les grands traits de caractère de Thérèse : une énergie considérable, une capacité de séduction, et surtout une volonté farouche de réussir et un souci aigu de son image. Et peut-être aussi une difficulté à habiter ses profondeurs, une manière aussi de s’accommoder avec la réalité. Chaque soir elle quitte son amoureux platonique en se jurant de ne plus le voir ; le lendemain elle retourne se laisser admirer. Comme le dit Christiane Rancé, elle se ment à elle-même (p. 100). Nous sommes ici avec les symptômes classiques de la base 3 : goût du challenge et de la réussite, nécessité d’être admiré et reconnu ; refus de voir son échec qui va jusqu’au mensonge à soi-même.

Un jour, à l’aube de ses trente-neuf ans, Thérèse aperçoit dans l’oratoire une statue du Christ souffrant. Elle est renversée, tombe en larmes et le supplie de lui donner la force de ne plus l’offenser. Ce retournement arrive au moment même où Thérèse s’avoue vaincue et reconnaît son impuissance : « C’est qu’alors je n’espérais plus rien de moi-même, j’attendais tout de Dieu » (p. 109). Pour que Thérèse devienne Thérèse, il a fallu qu’elle reconnaisse son échec et son impuissance. Il lui a fallu vingt ans.

Désormais Thérèse se laisse toucher par Dieu et elle va devenir cette mystique particulièrement comblée. Mais ce n’est plus sa réussite. C’est Dieu qui agit et qu’elle laisse agir. De là, toute l’énergie de la base 3 va se mettre en action pour opérer cette réforme du Carmel si nécessaire et pour fonder monastère sur monastère. Thérèse s’avère être un leader au charisme indéniable, entraînant derrière elle ses moniales, mais aussi ses confesseurs, jusqu’à saint Jean de La Croix. Toujours enthousiaste, elle déploie une activité inégalable. N’oublions pas qu’elle est une femme, et une femme suspectée par la redoutable Inquisition. Face aux résistances qu’elle rencontre, elle ne lâche jamais, mais agit avec souplesse et un grand sens de l’efficacité. Thérèse est un stratège : elle va convaincre les unes après les autres les personnes influentes qui pourront permettre à son projet de se réaliser. Rien ne l’arrêtera. Et elle réussira son grand œuvre de réforme et de fondation en contournant les obstacles au lieu de les affronter. Elle jouera de tout son pouvoir de séduction, saura battre en retraite quand il faut, évitera les points de rupture, gagnera chaque bataille. Une sorte de Napoléon de la vie spirituelle !

Comme Ignace de Loyola avec ses Exercices, Thérèse laisse avec Le Château de l’âme, un manuel de combat spirituel, un guide de l’oraison qui a bien pour but de progresser dans cette voie royale. Il y a une efficacité exceptionnelle dans la méthode d’oraison qu’elle a mise au point. Mais, la Thérèse mystique se permet de contacter toutes ses émotions. Elle traduit bien combien la base 3 est au cœur de la triade émotionnelle. Les personnes de base 3 répriment leur centre préféré qui est le centre cœur. Pendant vingt ans Thérèse a fonctionné ainsi. Après sa conversion, elle ouvre les vannes de ses émotions sans que cela ne ralentisse son efficacité. Bien au contraire, s’en remettant totalement à Dieu à qui elle se voue corps, cœur et intelligence, elle réalise le programme tracé par saint Paul, un autre représentant possible de la base 3 : ce n’est plus elle qui vit, mais Dieu en elle. N’est-ce pas le couronnement d’une volonté d’agir et de réussir, totalement purifiée de ses scories ?

* L’archétype est un représentant connu et supposé d’un type de l’ennéagramme, l’hypothèse reposant sur des éléments caractéristiques de sa vie ou de son œuvre. 

BONUS !
La même histoire, versus spi, avec cette homélie du frère Jean-Alexandre, ocd, Couvent d’Avon, le 26 août 2022, à l’occasion de la fête de la transverbération de sainte Thérèse d’Avila

Faire mémoire de la transverbération du cœur de sainte Thérèse, c’est méditer sur la façon dont le Seigneur a transformé le cœur de cette femme. Car sainte Thérèse n’est pas tombée du ciel ; elle a dû vivre un chemin de conversion radicale de son cœur. De fait, la jeune doña Teresa de Ahumada était plutôt captée par le jeu des apparences et des honneurs lors de son adolescence. Et elle s’en sortait très bien au dehors mais elle reconnaît : « J’avais le cœur si dur que j’aurais pu lire toute la Passion [du Seigneur] sans verser une larme. » (V 3,1) Mais l’Amour a pris patience… Et la conversion de Thérèse à 39 ans consistera en une brisure du cœur devant une représentation du Christ très blessé en sa Passion (V9): son cœur de pierre fut brisé pour devenir un cœur de chair vulnérable. A partir de ce moment, elle vivra à partir du dedans, c’est-à-dire de la présence du Christ en elle. Mais elle recevra six ans après une autre grâce importante, celle dont nous faisons mémoire aujourd’hui, celle de la transverbération.

Cette grâce intérieure consiste en une blessure d’amour figurée par « une flèche qui pénètre jusqu’au plus intime du cœur et des entrailles » (V29,10) et laisse l’âme « tout embrasée du plus ardent amour » (V29,13). Le cœur devenu vulnérable peut maintenant être enflammé de l’amour de Dieu et rendu conforme au Cœur de Jésus. C’est une grâce apostolique qui transforme Thérèse en un apôtre: deux ans après, elle fonde le monastère de saint Joseph d’Avila avant les quinze autres qui suivirent jusqu’à la fin de sa vie. Désormais c’est l’amour de Dieu qui conduira son action et lui fera réaliser des œuvres impensables auparavant. Cette blessure d’amour est aussi le signe d’une maternité spirituelle: son cœur s’ouvre et se dilate pour pouvoir engendrer une nouvelle famille spirituelle, le Carmel déchaussé. Mais sa maternité s’étend à toute l’Eglise puisqu’elle est aussi appelée mère des spirituels. On peut comprendre cette grâce ainsi puisque la Vierge Marie est devenue mère de tous les baptisés lors du glaive intérieur qui transperça son cœur à la croix.

Dans l’oraison d’ouverture, nous avons demandé au Seigneur que nous puissions « expérimenter en nous-mêmes la force de son amour qui nous rendra toujours plus généreux à son service. » Que la vie de sainte Thérèse réveille donc notre cœur en ce jour afin que nous fassions nôtre cette demande. Que l’amour brûlant qui a atteint le cœur de Thérèse embrase également le nôtre et nous rende serviteurs de l’Amour. Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.