Over the blues

OVER THE BLUES
Témoignage de confinement / 9
par Magali, de base 4 en tête-à-tête

Chers amis confinés, je suis de profil 4. Cette base 4 me réjouit aujourd’hui, elle est un pays d’accueil et une terre de lancement.

Cette période de confinement est une surprise. Si je suis honnête, je la craignais, je l’attendais. « Enfin! C’est l’heure du cœur. » Période intense? Certainement. Nouvelle? Évidemment. Au-delà de l’aventure, qui est un trait, voire un piège que je connais particulièrement bien et souvent prêt me jouer des tours, l’expérience que je vis est un tournant.

Je découvre combien je porte un trésor en moi, dont je ne soupçonnais pas la force: la puissance créative. Le tempérament du profil 4 me montre depuis longtemps cette essence animée. Sauf que je goûte nouvellement son sel: je ne fais pas mumuse avec des activités récréatives qui font marrer, je suis capacité créante.  Je suis. Je prends le temps de plonger dans ma couleur d’origine. Chanson, couture, texte, pain, mouvement, parole… Chaque geste ordinaire devient occasion de création, un prolongement que ma conscience visite.  Mon sous-type tête-à-tête colore ou précise cette forme de créativité: il s’agit d’une créativité qui s’incarne et tisse des relations. Elle crée du lien, lève du potentiel, jusqu’à une solidarité teintée de compassion. A partir de l’ombre, je peins des arcs-en-ciel.

Ces semaines confinées, je me suis mise à écrire et chanter devant mon ordinateur, osant poster mes créations douces, émouvantes ou fofolles, sans hésitation: oui, je partage cette suave folie. Plus elle sort, moins ça bout: libre, ça fait mouche et libère. Elle vient d’un cœur – volcan plein d’amour caché. Par ailleurs, je me suis mise à coudre pour les soignants avec le jeune mouvement bénévole, Over The Blues: coudre point à point des blouses avec cœur, pour des cœurs de soignants au bord du blues, penchés sur les cœurs souffrants… Pour une dame de cœur, piquer dans la matière est une aubaine: je place, je couds, je serre, je réalise. Chaque point, manche, repli, couleur et blanc sont des traces énergiques dans la matière, d’un cœur qui donne vers un autre qui se donne. Nous sommes une armée de couturiers, cuisiniers, dessinateurs, enchantés de l’expérience solidaire à l’hôpital.

Chers amis masqués, je fais l’expérience de mon âme originelle, démasquée: nue, vulnérable, habitée. Au cœur, la puissance aimante, iconoclaste, créatrice. Je suis une étincelle vivante, incarnée, relationnelle: des ténèbres à la lumière, une énergie connectée et joyeuse qui agit. Plus j’y consens, plus ça bouge: enfants, amis, cercles professionnels, et tant de nouvelles personnes dont je ne soupçonnais pas l’élan!

Chers amis troublés, j’expérimente l’espérance. Tandis que la mort rode avec la peur, la tristesse ou la colère, confiante, je fais ma part, contribuant à l’éveil des consciences; dans l’espérance d’un monde, le même et nouveau. Mes émotions sont fortes, mais elles circulent, fluides, et les vagues de l’âme s’apaisent. La joie prime, à mesure que j’ose le courage. J’expérimente une voie sans linceuls, une Pâques! A partir d’une vie ordinaire, je fais l’expérience de l’extraordinaire:

D’une liberté intérieure au temps du confinement,
De la fraternité au temps de la solitude,
Du sens de la vie, au temps de l’éclatement,
De la vie au milieu de la mort,
De Dieu Présence au cœur des choses, passionné d’amour pour ici, maintenant, avec nous.

Chers frères et sœurs démasqués, je me sens avec vous appelée; en ce qui me concerne, à déployer ce cœur-à-cœur: de soi jusqu’au cœur du monde. Une mission d’éveil, passionnante, ordinaire.

Je pense à vous, c’est l’heure du cœur !

 

Publiée par Magali De Foresta Oudard sur Vendredi 24 avril 2020

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.