La vie c’est maintenant

LA VIE C’EST MAINTENANT
Témoignage de confinement / 15
par Constance, de base 1 en social

Que dire sur la base 1 qui s’exprime peu, assez pudique dans la révélation des sentiments: Cela ne se fait pas!

Bien avant le confinement, mon instinct m’a dirigé vers le sous-type survie afin de régler au mieux l’intendance de la maison (ou alors l’organisation bien réglée des 1, au choix: courses non périssables en tout genre ont été faîtes par ordre de priorité nourriture, hygiène, entretien; puis les produits frais et congélateur remplis. Au moins ça c’est fait, ce qui est fait n’est plus à faire, sans compter mon mari en base 6 on peut tenir un siège!

Le confinement est arrivé, j’avais du temps donc pour mettre à profit rangements et nettoyage (de tout: placards, vêtements, argenterie). Le temps étant propice au jardinage, allons-y: le jardin devenait une forêt vierge, ni beau ni harmonieux (flèche en 4). J’ai continué à lire, source d’évasion. Le tête-à-tête, peu exploité, m’a donné l’occasion de faire beaucoup de parties de Scrabble avec le seul enfant avec nous à la maison, et même si j’ai perdu à chaque fois, nous avons bien ri et passé de bons moments (il m’a également aidé à jardiner, à deux c’est mieux!).
J’en ai profité pour faire des siestes, regarder le jardin, fermer les yeux au soleil, revoir certains films, la détente fait du bien. L’aile 2 est peu mise en exercice, mes propositions d’aide ne portant pas toujours leurs fruits, je ne veux forcer personne. Mon aile en 9 m’a permis de remettre à plus tard les choses moins fondamentales, même si j’avais mauvaise conscience. Pour toutes ses raisons, j’étais satisfaite tout était amélioré dans la pratique, en tout cas à la maison et donc je suis très sereine sur ce point.

Venons au plus compliqué. Aïe ! Les choses étant faites, ma flèche 7 et mon sous-type social sont à l’arrêt total et en berne, ouille… Que faire ? Prendre son mal en patience, vertu que j’exploite à fond, tant je ne dois pas me mettre en colère. Il y a un virus terrible (pas plus que la grippe, les guerres), tout est à l’arrêt. Période de Pâques oblige, je pense à la Sainte Croix, puis la famille et les amis, pas vus depuis longtemps, mais avec un lien jamais rompu. Les coups de téléphone se succèdent, une demi-heure, trois-quart d’heure, une heure…. On parle famille, religion, politique, nous refaisons le monde dans un esprit de bonne humeur. Pas tous les jours, il faut garder quelques appels pour plus tard, sinon je vais m’ennuyer… Petit apéro le soir en pensant aux enfants non présents, à la plancha repoussée (ce n’est pas grave, parties remises!)

La messe, en VRAI, commence à me manquer. On ne voit personne, la colère, telle la moutarde, commence à monter, face à cette fermeture, alors que d’autres commerces sont ouverts, Snif… Je pense peu à hier, même si on peut le garder dans un coin de la mémoire (à quoi bon c’est fait), le futur est un peu en tête (on verra bien, une chose à la fois, on aura le temps d’y penser au bon moment, chaque chose en son temps, mais on regarde devant soi pour ne pas trébucher), et le présent c’est maintenant.

Une certaine impuissance me gagne parfois, il faut que les choses bougent, rien ne va, mais j’essaie de positiver. La tristesse m’a gagné lorsque que le papa d’une très bonne amie est parti. J’ai bravé les interdictions (une fois n’est pas coutume pour une base 1) pour l’accompagner et dire le chapelet chez lui avec la famille; c’est complètement dingue de penser tout le temps à l’économie et ne pas se soucier des dévotions. Une grande frustration et colère m’habitaient parce que je ne pouvais me rendre à l’église pour la messe de funérailles, j’aurais voulu me mettre dans un petit coin.

Je n’ai pas peur, je suis vigilante, je ne veux pas me mette la rate au court bouillon, faisons
confiance à la Providence. Cet instinct, me parlant et me guidant si souvent et régulièrement me dit que finalement c’est bien de m’être un peu dévoilée, un certain plaisir m’envahit d’avoir essayé de bien rédiger cette prose.

Comme disait Sainte Thérèse :

« Il n’y a pas de plus grande joie que de faire bien les choses du quotidien. »

« Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire. »

EN TOUT CAS EN AVANT, LA VIE C’EST MAINTENANT !!

1 réflexion sur « La vie c’est maintenant »

  1. de Feydeau

    Merci Valérie !
    Je me reconnais assez bien dans cette description avec une colère sournoise qui détruit tout sur son passage
    Mais qui me montre tellement mes limites humaines surtout quand on est confiné avec son nouveau conjoint et ses 5 enfants célibataires …
    Quant à mon aile 7 dur dur de rester toujours au même endroit
    Alors je marche…. 7/10km par jour pour descendre de ma tête dans mon corps en faisant des aller retour dans mon impasse
    Ma flèche 4 est assouvie par mon engagement auprès des soignants en confectionnant des sur-blouses à tour de bras …
    Alors on s’accroche à la prière : la messe quotidienne, le chapelet et la Traversée de Mgr Rey
    Et aujourd’hui : Dieu tu me conduis par le juste chemin

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.