Du burn out au petit prince

DU BURN OUT AU PETIT PRINCE
par Yves
de base 3 en survie

Une adolescence perturbée pendant de longues années par un cyclone relationnel. Il faut se relever à 20 ans, se pencher pour ramasser son cœur en miette et son âme en lambeau car la vie est devant moi. Et la vie renaît comme un printemps permanent et en accéléré, mariage, enfants, armée de l’air… Je décolle donc. Mais pas à n’importe quelle place: dans le cockpit s’il vous plait! De projets en projets, rien ne pouvait plus me stopper à présent. En avant, il faut suivre! Et le plus beau, c’est que mes réalisations dans lesquelles je mettais toute mon énergie réussissaient, et j’aimais en montrer les succès. C’était le kérosène de mon réacteur intérieur qui paraissait ne jamais craindre la panne sèche! A vive allure donc, trop vite, trop longtemps, jusqu’au mur du burn-out à 50 ans!

Dans ce désert, soudain, comme mon frère d’arme Saint-Exupéry, l’avion construit de cuirasses en cuirasses de l’oubli du passé se brisa en rencontrant la réalité du sol. C’est alors que je découvris mon premier stage ennéagramme qui me permis de voir dans le chapeau, un serpent qui avait mangé un boa!

Moment inoubliable de découverte de la planète 3! Une grosse planète (la plus grosse, enfin, c’est ce que je crois!) Il y fait un grand soleil pour qu’on la voit mieux. Un tas de gens bien habillés vont et viennent, avec, bien sûr, le business man. Je m’approche de l’un d’eux:

« – Holà, pourquoi avez-vous une si grosse montre au poignet?

Ici, les gens ont besoin de vous prouver que leur montre est signe extérieur de richesse et le temps est précieux chez nous. Excusez-moi, j’ai des projets qui m’attendent, à moins que votre présence soit efficace! »

J’y ai passé deux jours de stage M1 pour découvrir que cet apparat, ces réussites magnifiées, masquaient des fragilités dont je prenais conscience désormais et l’histoire de ma jeunesse pouvait enfin être revisitée par ces questionnements salvateurs!

Cette énergie d’entrainement, de réussites, qui m’a toujours habitée, je pouvais désormais l’ajuster sans rendre aveugle celui qui me regarderait par un éclat immodéré! Sur ma planète 3, j’avais le droit d’être désormais moi-même, vu avec mes fragilités. Quel élan d’inaction j’ai découvert! Je peux être aimé sans être obligé d’en mettre plein la vue et de m’épuiser. Quelle libération! Mon être profond et ma conscience, comme le renard et son petit prince ont décidé de se rapprocher pas après pas  pour s’apprivoiser.

C’est alors que mon voyage a pu reprendre vers d’autres planètes devenues amies et complémentaires, de rivales qu’elles avaient été pour moi autrefois. J’ai trouvé très sympathique l’allumeur de réverbère en 7, le roi en 8 et tant d’autres. Ma planète n’est plus la meilleure à mes yeux, mais placée dans un bel équilibre harmonieux.

De stages en stages, j’ai reconstruit mon avion. Il est devenu plus léger et j’ai retrouvé des ailes portées par le vent de la liberté intérieure…

Bon voyage à ceux et celles qui veulent tenter l’expérience, vous ne reviendrez plus comme avant!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.