Une marche particulière

DSC04912Le Père Jean-Luc Souveton, prêtre du diocèse de Saint-Etienne, anime depuis dix ans des sessions de jeûne et des marches spirituelles en Terre Sainte. Il nous ouvre à un exercice typique de la méthode Vittoz : la marche consciente, pour rompre avec nos pensées et émotions envahissantes et vivre pleinement l’instant présent.

th« Le temps des vacances est pour moi l’occasion de marcher. Plus exactement de marcher autrement. Sans courir. Sans avoir les yeux rivés sur ma montre pour arriver à l’heure à la gare, en réunion ou à mes rendez-vous. Sans avoir l’esprit encore encombré de ce que je viens de vivre ou déjà préoccupé de ce qui va suivre. Sans avoir à imposer à mon corps un rythme commandé par les impératifs à tenir. Sans remplir ces temps par la consultation de mon répondeur. Revenir plus consciemment, plus longuement et plus régulièrement dans mes pieds pour être là et m’ouvrir à tout ce qui m’entoure.

Mon attention se porte d’abord sur ma respiration. Je me rends attentif au nombre de pas effectués sur l’expir et sur l’inspir, en adaptant leur nombre en fonction du dénivelé du terrain. J’inspire sur deux, trois ou quatre foulées. J’expire sur un nombre légèrement supérieur à celui de l’inspir. Tout en étant présent au rythme de la respiration et au compte de mes pas, je suis présent au contact de mes pieds avec le sol. Je le sens à travers la semelle de mes chaussures. J’accueille les différentes sensations selon que je marche sur l’herbe, sur des cailloux, sur de la terre, du rocher, des gravillons… Je me rends attentif au mouvement de mes pieds, de mes jambes, de mon corps tout entier, au contact de l’air et à celui des rayons de soleil avec ma peau.. Je reçois les formes, les couleurs, les contrastes… J’écoute les sons qui viennent à mes oreilles…

« Tout instant nous donne Dieu ». Pour cela, il nous faut quitter une vision purement utilitaire de la marche ; marcher non plus pour aller quelque part, faire quelque chose, mais pour habiter le présent et accueillir la vie qui nous est donnée dans l’instant.

« Que chacun examine ses pensées, conseille Blaise Pascal, il les trouveras toutes occupées au passé ou à l’avenir […]. Le présent n’est jamais notre fin. Ainsi, nous ne vivons jamais, mais nous espérons vivre. » La marche est un bon exercice pour nous faire entrer dans la présence, nous ramener à l’accueil de ce qui est là, de ce qui nous est donné et que souvent je ne perçois même plus : la vie.

La Vie, 3 juillet 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.