Les triades de Horney

LES TRIADES DE HORNEY
ou trois manières d’aborder le monde et les autres appliquées à l’ennéagramme

Karen Horney est née à Hambourg en 1885. Psychanalyste, elle a fui l’Allemagne en 1932 et s’est établie à Chicago. Inspirée par la philosophie platonicienne, et les catégories de la volonté, la passion et la raison, elle a établi une typologie de trois réponses possibles à la manière d’aborder le monde et les autres: aller contre, aller vers, se retirer de.

Richard Riso et Russ Hudson ont appliqué ces triades à l’ennéagramme, lui apportant ainsi une lumière nouvelle.

Les bases qui s’opposent (Horney) ou qui s’affirment (Riso & Hudson): 3, 7 et 8

Ils sont ego-centrés et ego-expansifs. Ils réagissent au stress en construisant, opposant ou gonflant leur ego. Ils veulent contrôler et dominer, affirment leur force, et veulent faire aboutir leurs projets. En psychanalyse, ils sont focalisés vers le moi.

  • La personne de base 3 s’affirme dans la poursuite de ses objectifs et la compétition avec les autres.
  • La personne de base 7 s’affirme pour satisfaire ses désirs et les trouver dans son environnement.
  • La personne de base 8 s’affirme en contrôlant et possédant les autres et son environnement.

Les bases qui vont vers les autres (Horney) ou conformatifs (Riso & Husdon): 1, 2 et 6

Ils partagent le besoin d’être utiles aux autres même s’ils ne se conforment pas nécessairement à leurs attentes mais plutôt aux exigences de leur surmoi. Ils s’ajustent aux autres, bougent en fonctions d’eux, et ont besoin d’être acceptés.

  • La personne de base 1 se conforme aux idéaux qui viennent de son surmoi et le mettent en action.
  • La personne de base 2 se conforme aux besoins de l’autre et à l’exigence de son surmoi d’être aimé et reconnu.
  • La personne de base 6 se conforme à ce que son surmoi pense que l’on attend de lui.

Les types qui s’écartent des autres (Horney) ou en retrait (Riso & Husdon): 4, 5 et 9

Ils ne font guère de différence entre leur moi conscient et leurs sentiments, pensées ou pulsions non conscientes. Ils réagissent au stress en s’éloignant du monde et en investissant un espace intérieur. Leur réserve leur donne l’allure de personnes qui ont un sentiment de supériorité.

  • La personne de base 4 se retire pour protéger sa vie émotionnelle de l’incompréhension des autres et ne pas exposer sa faible image de lui.
  • La personne de base 5 se retire pour ne pas être envahie par les autres et pour pouvoir penser et vivre ses émotions à l’abri des interférences.
  • La personne de base 9 se retire pour que les autres ne viennent pas perturber sa tranquillité intérieure, bousculer son rythme propre et lui imposer ses conflits.

Une manière nouvelle de comprendre certaines confusions courantes entre les bases 3-7, 3-8, 1-6, 2-6, 5-9. Ce n’est pas parce qu’une personne est en retrait qu’elle est forcément de base 5 ni qu’elle est de base 2 parce qu’elle est prévenante. Ce qu’elle donne à voir, le comportement extérieur peut être commun, et les motivations – correspondant aux besoins fondamentaux, très différentes. C’est par le groupe et les échanges, spécificité de la tradition orale, que la différence peut se découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.