Orgueil et pauvreté spirituelle

imgres

 

 

Père Jacques Philippe
LA LIBERTÉ INTÉRIEURE
Editions des Béatitudes, p. 146

 

« Nous naissons tous avec une blessure profonde, qui est vécue comme un manque, un manque d’être. On cherchera à combler ce manque par compensation : ce qui fait que chaque être humain cherchera à se constituer une identité compensatoire, différente de l’un à l’autre selon la forme de sa blessure.

On se fabrique ainsi un « ego » différent du « soi » véritable, semblable à une baudruche que l’on gonfle. Ce moi artificiel a certaines caractéristiques qui lui sont typiques : comme il est artificiel, il requiert une grande dépense d’énergie pour être entretenu, et comme il est fragile, il demande à être défendu.

L’orgueil et la dureté vont toujours de pair. La frontière de cette baudruche, loin d’être souple, est donc au contraire constituée de « tours de garde » pour protéger cette identité factice : malheur à celui qui la conteste, la menace, la met en discussion, gêne l’expansion de notre moi, il se verra l’objet de réactions violentes et agressives.

Quand l’Évangile nous dit que nous devons « mourir à nous-mêmes », il veut en fait nous dire que doit mourir cet « ego », ce moi fabriqué artificiellement, pour que puisse émerger le « soi » véritable, donné par Dieu. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.