L’ourse : métaphore de la base 8

40257639_2254990744729957_31176806824411136_nL’OURSE
par Marie
de base 8

Un grand cri de détresse parvient à mes oreilles.
Dans le fond de mes tripes mon instinct se réveille.
Quelqu’un souffre, quelqu’un hurle. On a besoin de moi.
Sans même consulter mon esprit évadé,
Tout mon corps réagit et il court pour aider.

Un enfant est blessé, il a mal et il pleure.
Alors que je m’approche puissamment, il a peur.
Mes grosses pattes et  ma puissante gueule effraient.
Mais sous cette apparence, je ne veux que la paix.
Une juste colère remplit mon cœur de feu,
Je voulais protéger les jeunes et les vieux.

Je n’abandonne pas, il a besoin de moi.
Je m’approche de lui et lui montre cette fois
Un visage attendri et d’une toute autre voix
Je lui dis simplement : « Me voilà là pour toi. »
Et ses grands yeux répondent dans un élan du cœur:
« Je te prend pour ma chef et même pour ma sœur ! »

Je vois une blessure sur son flan dessinée.
Une colère puissante m’anime et décidée,
Je pars  à la quête du lâche qui sans cœur
S’est attaqué, injuste, à ma nouvelle sœur.
Mon flair se développe et mes muscles se tendent.
Je viens d’apercevoir le coupable dans la lande.

Mon corps bondit alors dans un élan ardant.
Tout mes sens aux aguets je cours rapidement
Vers ce qui est  pour moi une saine justice
Et qui sûrement pour d’autres, serait une immondice.
Je le sens, il est là cet animal infâme
Je le menace alors, mes crocs comme des lames.

J’aperçois  dans le coin cet enfant qui me voit.
Je veux le protéger, je m’arrête donc là.
Par un immense effort me retire du combat
Pour venir à côté de mon cher protégé
Qui me regarde reconnaissant et soulagé.

maman-ours-12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>