Archives pour la catégorie Psychogénéalogie

Psychogénéalogie ?

9791021032729FSPSYCHOGENEALOGIE ?

Dans mes stages, j’insiste beaucoup sur le fait que l’ennéagramme n’est pas une fin en soi et que cet outil de connaissance de soi ne suffit pas pour appréhender la personne dans toutes ses dimensions, il n’est qu’une cartographie de la personnalité. C’est la raison pour laquelle, je le relie intimement à la méthode Vittoz, où la dimension corporelle permet une dynamique de l’outil, une mise en route, un approfondissement. Ennéagramme et Vittoz pourraient donc suffire car le Vittoz, en tant que psychothérapie, prend en compte le milieu socio-culturel, les circonstances familiales et toute l’influence inconsciente que cela peut avoir sur notre personnalité.

59e3ffee469a45b8818b476eCependant, il existe une pratique qui permet d’aller plus loin dans ce domaine, la psychogénéalogie, alliée au psychodrame. Depuis près de vingt ans, Michèle Bromet-Camou psychologue clinicienne auprès de laquelle je me suis formée utilise et transmets cet outil de la psychogénéalogie qu’elle a reçu de Anne Ancelin. Le livre qu’elle en tire, Guérir de sa famille par la psychogénéalogie (Tallandier, 2018), est la somme de ces rencontres et de cette pratique, en individuel ou en groupe.

Car c’est une des singularités de la psychogénéalogie : couplée à l’outil du psychodrame, elle permet de mettre en lumière le fil invisible qui nous relie à nos ancêtres et qui peut nous transmettre de manière inconsciente du bon comme du moins bon. L’intérêt de faire remonter à la conscience cet héritage psychique est de pouvoir consciemment le recevoir pour le faire fructifier ou au contraire de s’en affranchir quand il est source de souffrances, de blocages, d’empêchements. Ainsi peuvent être éclairés et libérés des patients, souvent en souffrance de ce qu’ils n’arrivent pas à nommer et qui se traduit par des comportements répétitifs dont ils voudraient se débarrasser mais qui leur collent à la peau. C’est plus fort que moi : tel est le cri que Michèle a le plus souvent entendu dans son cabinet. Et de fait, bien souvent, c’est plus fort que moi parce que c’est quelque chose qui ne m’appartient pas.

Concrètement, en groupe, des inconnus avec lesquels on partage trois jours de travail intense peuvent, en prenant le rôle du père, de la mère ou de tout autre membre de la famille, aider chacun à faire jaillir à la lumière ce qui était enfoui. L’inconscient du patient rencontre ceux de ses partenaires de groupe et, bien sûr, celui du thérapeute. C’est une des marques de fabrique de ce livre et de la pratique de Michèle Bromet-Camou : en jouant avec le groupe et en s’impliquant elle-même, avec sa propre histoire par son propre inconscient, le thérapeute quitte la posture de toute puissante du psy pour s’aventurer dans une alliance thérapeutique qui bouscule les lignes habituelles et permet d’impressionnants effets de levier.

Nourri d’exemples très fouillés, pris à tous les âges de la vie et à tous les stades de souffrance psychique, ce livre est à la fois un précieux vade mecum pour les psychologues, et une aventure de lecture passionnante pour toute personne engagée dans un travail des profondeurs. Il permet de donner au grand public un éclairage nouveau sur un outil dont la puissance est singulière.

Toujours en toile de fond dans mes stages, j’utilise directement ces deux outils de la psychogénéalogie et du psychodrame en cabinet au service de la liberté intérieure du patient qui peut enfin avoir le choix de garder ce qu’il a reçu au berceau, ou de s’en affranchir afin de libérer aussi sa propre descendance. Car il est assez bouleversant d’observer qu’un travail approfondi en psychogénéalogie pour soi a des répercussions assez rapides sur l’entourage, comme des ronds dans l’eau…