Rapports psy-spi

Rome, Vatican . 09/02/2012 Pascal Ide à la Congrégation pour l'éducation catholique dont il est chef de bureau. PHOTO: ERIC VANDEVILLE

VERS UNE JUSTE ARTICULATION ENTRE PSYCHOLOGIE ET VIE CHRETIENNE

Entretien avec Pascal Ide, Valérie Maillot pour Les Essentiels de La Vie du 19 avril 2012

Docteur en médecine, en philosophie et en théologie, Pascal Ide est prêtre du diocèse de Paris, membre de la Communauté de l’Emmanuel. Auteur de nombreux ouvrages, notamment sur Benoît XVI ou le théologien Hans Urs von Balthasar, il a aussi beaucoup écrit sur la connaissance de soi, à la frontière entre théologie et psychologie. Pionnier dans le décloisonnement des savoirs, Pascal Ide m’a beaucoup aidée dans ma réflexion sur l’anthropologie de l’ennéagramme.

« Pour avoir passé jusqu’à 20 heures par semaine en accompagnement spirituel en paroisse, je me suis rendu compte que beaucoup de problématiques trouvaient leur origine dans l’humain. Le Christ veut sauver tout l’homme : dans son corps, sa vie morale, théologale mais aussi psychologique. Et l’entrelacement de ces quatre dimensions est très intime. La reconnaissance de ses propres blessures est souvent un cap nécessaire à l’accueil de la volonté de Dieu. A l’inverse, leur négation peut être un frein à la grâce : le mépris de soi mène bien souvent au mépris de l’autre. Un autre écueil serait de penser qu’il suffit d’être bien dans sa peau pour correspondre à la volonté de Dieu. Mais toute tranquillité intérieure n’est pas la paix de Dieu et la vie spirituelle peut connaître des passages délicats qui débordent le psychologique. L’humilité et l’accompagnement sont de bons moyens pour s’accueillir soi-même et accueillir l’action de Dieu en nous : pour une juste estime de soi qui permet de mieux se donner. »