Anthropologie

Une anthropologie chrétienne pour l’ennéagramme

 

Saint-Bertrand de Comminges

Saint-Bertrand de Comminges

 

Comme tous les outils, l’ennéagramme est neutre. Et je tiens à le transmettre dans sa neutralité. Chaque homme et chaque femme peut apprendre à mieux se connaître par l’ennéagramme, quelques soient ses convictions religieuses ou philosophiques, et nos stages sont ouverts à tous.

Pour autant, j’ai choisi d’ articuler l’ennéagramme avec une anthropologie chrétienne, en distinguant les plans sans les confondre, et ce pour deux raisons :

  • En tant qu’outil de connaissance de soi, l’ennéagramme gagne à être mis en perspective avec ce que la philosophie apprend de l’homme. Ce que dit l’ennéagramme des passions humaines peut être mis en rapport avec la tradition philosophique aristotélicienne que le christianisme a intégrée avec saint Thomas d’Aquin.

C’est ce que je fais en session, grâce au beau livre de Norbert Mallet, Devenir soi-même avec l’ennéagramme. L’introduction de cette dimension permet une profondeur d’approche et une précision anthropologique fécondes.

Je m’inspire aussi du beau travail de Monseigneur Rémi de Roo, Bible et ennéagramme. L’étude de chaque base mise en perspective avec certaines figures bibliques, mais aussi de figures de saints donne une dimension plus large à la découverte : chacun peut alors comprendre pourquoi tel ou tel personnage lui parle particulièrement, comment tel ou tel chemin peut l’aider à avancer.

  • Ensuite, il me paraît important qu’en tant qu’outil de connaissance de soi, l’ennéagramme soit clairement arrimé à une conception éthique. En l’articulant à une anthropologie classique et chrétienne, il est possible d’éviter certains écueils. Il est bien évident que l’ennéagramme n’est pas un moyen de salut: pour un chrétien, Dieu seul sauve. Pour autant, l’outil permet de donner à chacun la possibilité de plus de conscience et de mise à distance de ses automatismes propres. Ce faisant, il permet une plus grande liberté intérieure, rend possible d’ôter certaines entraves et peut favoriser une plus grande disponibilité à la grâce. Le très beau livre du Père Jacques Philippe, La Liberté intérieure , va dans ce sens. Une page y est consacrée à l’ennéagramme.