Métaphore de la base 9

9ACDF42E-C934-43F3-A118-30CC55043A67_cropLA VOIE DU SABRE

par Charlotte Jousseaume
de base 9

Charlotte Jousseaume est l’auteur de Le Silence est ma joie chez Albin Michel.

Je suis la samouraï assise sur une pierre au bord d’un chemin de montagne, goûtant à la chaleur du soleil et aux chants des oiseaux, son sabre bien rangé dans son fourreau et sa main sur le manche de son sabre.

Tout est dit, et tout est assemblé dans ce seul et unique instant. Arrêter mon chemin pour goûter dans mon corps à l’harmonie du silence, de la solitude, de la nature et du temps qui s’écoule. Me mettre en présence. Faire que la vie trouve son repos dans mon âme apaisée. Cultiver cette maîtrise de soi qu’offre la voie du sabre.

imagesArmée dans la vie, il faut l’être, surtout quand la vie m’envoie faire la paix sur toutes les zones de conflits. Mais il ne sert à rien de sortir mon sabre à tout bout de champ, car un sabre est toujours plus puissant quand il est à sa place, rangé dans son fourreau. C’est de là qu’il enseigne le mieux et fait œuvre de paix.

La voie du sabre, c’est la voie du silence. Le silence qui permet l’écoute et la vigilance, la meilleure des armes. Le silence que la vraie parole, celle qui vibre d’amour, ne rompt pas mais habite.

La voie du sabre, c’est la voie de la solitude. La solitude qui permet de me retirer du monde, de prendre de la hauteur. La solitude qui permet de rendre l’agitation au repos, de dégorger des eaux noires épongées en chemin.

La voie du sabre, c’est la voie de la nature. La nature qui nous relie au Vivant et à toute l’assemblée des vivants. La nature qui nous permet de communier à la vie, de faire partie du grand tout, naturellement.

La voie du sabre, c’est la voie du temps qui s’écoule. Un temps qui me permet de décanter les événements, de trouver le juste milieu, de laisser s’ouvrir devant moi le chemin à prendre. Un temps qui m’apporte la sagesse.

Si le fourreau est une enveloppe protectrice pour mon sabre, le silence, la solitude, la nature et le temps qui s’écoule sont des enveloppes protectrices pour la samouraï que je suis. De là, je peux aimer le monde, je peux faire œuvre de paix.

En tant que samouraï, je n’ai qu’un seul maître : mon sabre que je laisse à sa place, rangé dans son fourreau. Là sont ma loyauté et ma voie : la voie du sabre.

Quand je suis fatiguée de marcher en chemin et que mon enthousiasme m’abandonne, je me rends simplement attentif à chacun de mes pas, je m’applique à chaque pas. Cette attention et cette application prennent le relais pour m’aider à poursuivre ma route.

Quand je fais des rencontres en chemin, et que les événements tournent mal, je n’hésite pas à prendre la position dominante. Je suis la samouraï qui ne se laisse pas dominer par ceux qui ne se dominent pas et cherchent à dominer.

Je pourrais passer ma vie à suivre à l’aventure mes chemins de montagne. Vivant dans le monde, j’accepte de descendre dans la vallée pour m’y engager et y entreprendre. Je me laisse alors souvent enivrer par l’agitation de la vallée. Ma force alors est de connaître la pierre et le soleil de la montagne, de m’être laissée forger par la voie du sabre.

Un sabre vivant qui sort de son fourreau, non pas pour trancher mais pour purifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.