Psychothérapie d’un Indien des plaines

Jimmy P.

 

 

Jimmy P : Psychothérapie d’un Indien des plaines d’Arnaud Desplechin

Ce nouveau film d’Arnaud Desplechin, auteur de Comment je me suis disputé… ma vie sexuelle et d’Ester Kahn, est un régal. Il campe la rencontre d’un Indien, Jimmy Picard (Benicio Del Toro, magistral), revenu du front avec des troubles physiologiques inexpliqués et de l’ethnopsychiatre Georges Devereux (Matthieu Amalric en grande forme), qui va le suivre en thérapie analytique.

AfficheDisons-le d’emblée, la réalisation est intimiste, sobre, parfois un poil étirée comme souvent chez Desplechin, mais d’une grande justesse et d’une belle précision. Les deux acteurs principaux sont formidables, émouvants : Amalric, d’une sensibilité admirablement mise au second plan et qui ressort d’autant ; Del Toro d’une présence à la fois massive et vulnérable qui emporte l’adhésion. Cette rencontre tient ses promesses car elle donne une vision très juste de la relation thérapeutique : loin des catégories de la folie et de la normalité, du médecin et du malade, nous sommes face à une relation où le thérapeute permet au patient de trouver en lui-même les ressources pour guérir, d’identifier ce qui a pu occasionner, dans l’enfance particulièrement, un traumatisme psychique, c’est-à-dire « une maladie de l’âme ».

Rien dans ce film n’édulcore ce qu’est une relation thérapeutique, y compris dans la part qui est réservée à l’exploration des méandres de la sexualité. Rien n’est pour autant forcé ni caricatural. Le transfert est montré de manière assez douce, l’avancée dans les profondeurs est juste et pudique. Certains s’y retrouveront.

En termes d’ennéagramme, on pourrait formuler quelques hypothèses. Jimmy semble être un archétype de base 9. Il dégage une puissance très impressionnante, mais comme empêchée. Il y a chez lui une lenteur, un engourdissement à se connaître qui est typique de la base 9, une force dont il semble lui-même avoir peur. Au bout du chemin, après un chemin dont chaque étape aura compté, Jimmy pose enfin l’action juste qui le fait renouer avec lui-même, et dans le même temps avec le monde.

Pour Devereux, le 5 est assez probable, sans doute en tête-à-tête : observateur méticuleux, rationnel de fonctionnement, sensible à l’extrême sans en avoir l’air. Il maîtrise avec naturel et délicatesse la juste distance avec son patient, interrompant sans difficulté la séance au moment opportun, et pourtant délicat. Obnubilé par Jimmy, son tête-à-tête me semble une vraie piste. Il parle, il communique, il s’attache. Et le 5 en tête-à-tête, comme en social, contrairement aux idées reçues, sait le faire…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.