Ennéagramme & Vittoz

ENNEAGRAMME & VITTOZ

A l’occasion de l’enquête Ennéagramme et confinement *
Quatrième et dernier volet

« Veuillez ce qui vous arrive » Roger Vittoz

Quatrième et dernière série de  huit témoignages pour mieux comprendre les enjeux de l’Ennéagramme.
En guise de rappel pour les anciens, de découverte pour les nouveaux.
Vingt-cinq femmes et huit hommes qui font un arrêt sur image en période de confinement.
Neuf profils qui nous dévoilent un peu de leurs ressorts intérieurs, leurs combats, leurs ressources, leurs talents et leur liberté de les mettre au service.

Au terme de cette enquête, quelques jalons:

LA CRISE COMME OCCASION

Au gré des témoignages, le confinement forcé apparaît comme un creuset et un révélateur des points faibles et des ressources, des parts d’ombre et de lumière. Comme si l’espace réduit permettait de voir à la loupe les enjeux parfois occultés par l’action. Comme si le stop, la pause imposée mettait en lumière ce qui se joue en nous et nous donnait l’occasion de faire le tri dans les maisons et dans les cœurs, l’opportunité de faire des choix. Comme si les automatismes de la vie courante pouvaient être plus aisément remis en question. Certaines réactions sont étonnantes: en base 6, le plus inquiet des tempéraments, c’est comme un soulagement: l’anticipation n’étant plus possible, le contrôle lâche chez Alexandra, Mathilde et  Benoît. A rebours en base 7 chez François et Perrine, devant l’impossibilité de zapper les situations difficiles, la souffrance affleure et l’approfondissement devient possible. C’est aussi l’occasion de puiser en des ressources parfois méconnues: Adeline à l’heure du deuil de son père, se voit dans l’action juste et découvre sa capacité à fédérer et harmoniser, Magali développe sa créativité au service des soignants.

L’ENNEAGRAMME COMME PRAXIS

La lecture d’un livre et a fortiori un test ne peut remplacer l’expérience partagée. C’est par les témoignages, spécificité de la tradition orale, qu’il est possible d’entrer dans la finesse et la vérité des motivations intérieures; sans verser dans la théorisation, les simplifications, les caricatures. Chaque témoignage, chaque itinéraire, chaque personne est unique. Pour autant, de grandes lignes convergent et laissent émerger des points communs, comme une fraternité. Pour Nathan, Barbara, Nathalie et Bénédicte en base 3, la même tentation de confondre le faire et l’être, et une même voie d’évolution dans le ralentissement; quand pour Maguelonne, Katie et Adeline en base 9, le mouvement serait bien différent, voire inverse: de l’oubli de soi au positionnement juste. Le reconnaître en soi et chez l’autre peut être l’occasion d’un soulagement et d’échanges sur ce qu’il est possible de mettre en place.

L’ENNEAGRAMME POUR QUI ?

Vie privée, professionnelle, vie de couple, familiale, communautaire, à tout âge, outil de discernement, l’ennéagramme s’adresse à toute personne désireuse de se remettre en question et de développer ses talents par une meilleure connaissance de soi et une meilleure compréhension des autres. Il met en lumière la beauté de chaque profil et le fait que chacun est précieux pour l’harmonie du monde, dans la mesure où l’on se garde des travers pour mettre en commun le meilleur: l’enthousiasme de la base 7 pour François, la réalisation de la base 3 pour Nathan, la connaissance objective de la base 5 comme Pierre, prendre soin de la base 2 pour Raphaëlle etc.

DISPOSITIONS 

La déontologie de la tradition orale de l’ennéagramme développe des dispositions que l’on retrouve dans chaque témoignage et qui sont reconnues en stage:
Autonomie/liberté/responsabilité: chacun est le seul  savoir quel est son profil et le découvre à son rythme, pour développer ses talents et les mettre au service.
Humilité/simplicité/humour: les témoignages parlent d’eux-mêmes 🙂
Ecoute/bienveillance/respect: c’est un leitmotiv.

L’ENNEAGRAMME POURQUOI ?

L’ennéagramme est une cartographie de la psyché qui précise les motivations et permet de trouver des axes d’évolution: cela passe par des prises de conscience et des remises en question: Raphaëlle réalise sur le terrain que son talent de prendre soin ne peut être fécond que par la vertu d’humilité, Bénédicte se prend en flagrant délit d’activisme, Maguelonne d’oubli de soi. Cela peut passer par de petits combats intérieurs, comme le montrent les témoignages de Dominique ou Eléonor. Pour chacun apparaît le choix de continuer en automatique, ou de faire un pas de côté et d’oser changer. 

LA METHODE VITTOZ

J’ai choisi la méthode Vittoz, démarche à médiation corporelle, pour mettre ces découvertes en mouvement. Des trois dimensions de la personne, tête, corps et cœur, seul le corps habite le présent et il permet l’arrêt sur image qui permet le changement. Avec trois étapes: accueillir nos ressorts intérieurs, oser y demeurer le temps nécessaire à la conscience, y consentir: vouloir ce qui est au dedans et au dehors, pour ne plus lutter contre le réel et gagner en liberté intérieure. C’est en ouvrant la porte de leurs cinq sens que Nathalie et Bénédicte peuvent prendre conscience de leur rapport à l’efficacité et en quoi elles peuvent perdre de vue l’essentiel. Avec de vrais pistes pour l’après-confinement: garder les moyens de la paix contactée, choisir de garder ce que je veux vraiment et ce que je peux mettre en place, pour ne pas rester au balcon de soi-même.

« Que nous le voulions ou non, nous avons dans le monde une influence bonne ou mauvaise, du seul fait de notre état rayonnant autour de nous la paix, l’énergie, la joie, la bonté si nous les possédons; ou inversement, le trouble, le découragement, la tristesse, la malveillance. De là pour nous une nécessité de conscience de nous mettre et de nous maintenir dans ces états d’âme bienfaisants pour les autres comme pour nous. Nous le devons au prochain parce que nous sommes des êtres sociaux et que nous avons, qui que nous soyons, une tâche à remplir en ce monde et une part de responsabilité dans le bien qui se fait ou ne se fait pas et dans le mal qui se commet. Qui connaîtra jamais exactement les conséquences nuisibles ou bienfaisantes d’un acte, d’une parole, et ses répercussions lointaines dans le monde ? » Roger Vittoz, Notes et pensées, Angoisse ou contrôle

L’Ennéagramme est une méthode de connaissance de soi et de compréhension des autres qui se transmet en groupe, par tradition orale. Il ne peut se réduire à une étude mentale qui en figerait les manifestations et  sa fécondité se trouve dans le mouvement, l’expérience, les échanges. C’est par eux que quelque chose de moi peut se révéler, qu’une prise de conscience peut jaillir.
En ce sens, le confinement est une frustration – les échanges humains qui sont au cœur de la méthode ne sont plus possible pour le moment. Mais il peut aussi se révéler une opportunité car la situation particulière peut-être un révélateur: ma réaction première et son développement dans le temps peuvent me surprendre moi-même. En tous cas, ils parlent de moi, de mon intérieur, de mes ressorts, de mes motivations profondes, parfois inconscientes.
C’est pourquoi l’idée d’un panel virtuel a germé et nos stagiaires y ont trouvé l’occasion de témoigner de leurs découvertes, un grand merci à eux! Le panel est la spécificité de la tradition orale et consiste à témoigner concrètement de ce qui se passe au-dedans et qui ne correspond pas toujours à ce que l’on voit au-dehors. Repérer ses points de blocage, ses ressources inutilisées en temps normal, ses voies de progression, ses talents. 
Sans doute ces témoignages peuvent présenter certaines parts d’incompréhensions pour qui n’a pas entrepris la démarche, qui ne saurait se faire sans le groupe hic et nunc. Cependant, la diversité des témoignages peut faire émerger quelque chose de cette démarche et c’est l’objectif de cette enquête.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.