Connaissance de soi et vie de foi

CONNAISSANCE DE SOI ET VIE DE FOI

A l’occasion de l’enquête Ennéagramme et confinement 
Troisième volet

« Seigneur, que je me connaisse et que je te connaisse ! » Saint Augustin

Troisième série de  huit témoignages pour mieux comprendre les enjeux de l’Ennéagramme.
En guise de rappel pour les anciens, de découverte pour les nouveaux.
Dix-huit femmes – et oui 🙂 et six hommes qui font un arrêt sur image en période de confinement.
Neuf profils qui nous dévoilent un peu de leurs ressorts intérieurs, leurs combats, leurs ressources, leurs talents et leur liberté de les mettre au service.

Dans son Château intérieur, Thérèse d’Avila évoque sept demeures de l’âme, le Roi résidant dans la dernière. Pour s’y rendre, il faut traverser les six autres, dont les deux premières sont ceux de la connaissance de soi. Elles sont peuplées d’animaux étranges et de chausse-trappes dont nous avons aperçu quelques méandres à travers les témoignages de nos stagiaires.

De fait, plusieurs d’entre eux ont évoqué leur vie de foi: Alexandra donne quelque chose à voir d’un mouvement pascal, quand la confiance passe par risquer « l’heure de la main vide », selon l’expression de Christian Bobin dans Le Très-Bas. Eléonor traverse l’épreuve de l’inaction en la transformant en combat par la prière.

Par ailleurs, nos désirs, nos appétences, nos expertises, donnent quelque chose à voir de notre petite mission dans le monde: « Le propre de l’Esprit est d’éduquer le désir, écrit Jacques Philippe dans Appelés à la vie. […] Il y a de fait une coïncidence entre l’appel de Dieu et le désir le plus profond du cœur de l’homme. Dieu nous invite au don de nous-mêmes par amour, mais cela correspond aussi au désir secret qui nous habite. » Dès lors, mieux se connaitre peut aider au discernement spirituel.

S’en dégage qu’il y a des relations intimes entre connaissance de soi et vie de foi. Mais peut-être aussi des risques de confusions entre vie psychologique et vie spirituelle. D’où l’importance de les articuler sans les séparer, de les unir sans les confondre, pour reprendre l’expression de Jacques Maritain.

Pour distinguer les différentes dimensions de la personne et respecter leur lieu propre, dans le cadre de l’Ennéagramme et de la méthode Vittoz qui sont au cœur de ma pratique, j’ai choisi l’image des trois cercles de Simone Pacot.

Sœur Samuelle Mosaïques

Le cercle extérieur pourrait être celui du corps. C’est ce qui m’apparaît en premier: la couleur de la peau, des yeux, de la chevelure, la corpulence, la manière de se vêtir… Ce sont des caractéristiques extérieures, ce qui m’apparaît d’abord quand je rencontre une personne.

Le cercle suivant serait celui de la psyché, qui m’échappe déjà beaucoup plus: le tempérament de la personne, son histoire, sa culture, son éducation, ce qu’elle aime ou qu’elle n’aime pas, ce dont elle a peur, ce qui la met en colère etc. Pour y accéder, une relation plus personnelle est nécessaire.

Le troisième serait celui du cœur profond, de l’unicité de la personne. Nous pourrions le rapprocher de ce que saint Paul appelle l’esprit, Thérèse d’Avila la fine pointe de l’âme, d’autres le for interne. C’est le lieu de sa vie spirituelle, de son rapport à Dieu, un peu comme la septième demeure de Thérèse d’Avila où réside le Roi.

L’objet de l’ennéagramme est le deuxième cercle: il permet de faire la lumière sur nos traits de caractères psychiques, parfois inconscients. Depuis les Pères du désert, dont Evagre le Pontique, sont distingués plusieurs types de personnalité, auxquels correspondent des moteurs propres. « Il y a en chacun une passion principale autour de laquelle s’enlacent toutes les autres. C’est celle-là qu’il faut vous efforcer avant tout de dénicher. » écrit Théophane le Reclus au XVIIIè siècle. L’homme étant mu par la recherche du bonheur, selon Aristote et Saint-Thomas, il s’ensuit qu’en fonction des tempéraments, nous avons une appétence pour le bien spécifique, des excès de passion dont nous pouvons avoir du mal à nous défaire, une vertu et des talents propres à développer.

La méthode Vittoz quant à elle, s’occupe des deux premiers cercles. Comme démarche psychocorporelle, elle propose des moyens de prise de conscience qui permettent l’évolution via le corps, « qui ne ment jamais » selon l’expression d’Alice Miller. La psychogénéalogie peut la compléter heureusement.

Dans le cadre d’une anthropologie chrétienne, une déontologie sérieuse ne permet pas au thérapeute ou au formateur, de pénétrer dans le troisième cercle, lieu inviolable de la liberté de l’homme, de son intimité profonde, de ses choix propres, de sa volonté (seul l’accompagnateur spirituel, habilité et formé pour cela, peut éclairer la conscience).  C’est quand il s’y aventure, que peuvent surgir des risques de confusion de ces trois dimensions et les dérives afférentes.

Pour autant, l’homme ne peut séparer de manière étanche les différentes dimensions de sa personne. Il existe des interactions permanentes entre ces trois cercles: nous constatons qu’une baisse de forme aura une influence sur notre humeur et notre vie de prière. Et à l’inverse, notre vie intérieure peut rayonner sur notre visage. Il est donc nécessaire pour tendre à l’unité que nous fassions ces liens par nous-mêmes, au besoin à l’aide d’un accompagnateur spirituel.

En bref, l’Ennéagramme et la méthode Vittoz peuvent faire la lumière sur ce qui entrave l’exercice de notre liberté par des filtres psychologiques qui, indirectement, peuvent être des obstacles à l’accueil de la grâce.

Comme nous prenons soin de nos corps, qu’il soit malade ou bien portant, il est aussi possible de prendre soin de notre psychisme blessé et/ou grandir en liberté intérieure. Notre cerveau a des ressources souvent inexplorées, via la neuroplasticité, et l’Ennéagramme, la méthode Vittoz font partie de ces démarches (parmi d’autres) qui rendent possible un véritable changement de perspective, quand le « c’est plus fort que moi » entrave notre liberté.

L’Ennéagramme propose de mieux prendre conscience de sa vision spécifique de soi, des autres et du monde, afin d’« élargir l’espace de sa tente »(Isaïe, 54, 2) et mettre au service ses talents. Sans jamais renoncer à ce qui fait que nous sommes uniques dans le cœur de Dieu: nous sommes plus grands que nos caractéristiques, nous aspirons à plus grand que nous, nous sommes faits pour l’infini« Notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en Toi », selon l’expression de Saint Augustin.

Sœur Samuelle Mosaïques

 

 

« Commencer par soi, mais non finir par soi; se prendre pour point de départ, mais non pour but; se connaître, mais non se préoccuper de soi. » Martin Buber, Le chemin de l’homme

 

 

 

 

Dernier volet à venir: LA MÉTHODE VITTOZ COMME MISE EN MOUVEMENT PAR LE CORPS

L’Ennéagramme est une méthode de connaissance de soi et de compréhension des autres qui se transmet en groupe, par tradition orale. Il ne peut se réduire à une étude mentale qui en figerait les manifestations et  sa fécondité se trouve dans le mouvement, l’expérience, les échanges. C’est par eux que quelque chose de moi peut se révéler, qu’une prise de conscience peut jaillir.
En ce sens, le confinement est une frustration – les échanges humains qui sont au cœur de la méthode ne sont plus possible pour le moment. Mais il peut aussi se révéler une opportunité car la situation particulière peut-être un révélateur: ma réaction première et son développement dans le temps peuvent me surprendre moi-même. En tous cas, ils parlent de moi, de mon intérieur, de mes ressorts, de mes motivations profondes, parfois inconscientes.
C’est pourquoi l’idée d’un panel virtuel a germé et nos stagiaires y ont trouvé l’occasion de témoigner de leurs découvertes, un grand merci à eux! Le panel est la spécificité de la tradition orale et consiste à témoigner concrètement de ce qui se passe au-dedans et qui ne correspond pas toujours à ce que l’on voit au-dehors. Repérer ses points de blocage, ses ressources inutilisées en temps normal, ses voies de progression, ses talents. 
Sans doute ces témoignages peuvent présenter certaines parts d’incompréhensions pour qui n’a pas entrepris la démarche, qui ne saurait se faire sans le groupe hic et nunc. Cependant, la diversité des témoignages peut faire émerger quelque chose de cette démarche et c’est l’objectif de cette enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.